"C’est quoi ces embêtements", Almok est très fâchée (Vidéo)

« C’est quoi ces embêtements », Almok est très fâchée (Vidéo)

La diva togolaise, celle dont les morceaux ne cessent de faire bouger, est vraiment en colère. Tout récemment, Almok a remis à leur place des Togolais qui se sont mêlés de ses activités parallèles à sa carrière d’artiste de la chanson.

La diva togolaise n’a pas pu contenir sa colère. Elle a pété un câble après avoir lu un commentaire déplaisant d’un internaute à son égard. Elle a décidé de répliquer dans une vidéo, mais avant rappelons les faits.

En réalité, Almok a un sens de l’entrepreneuriat assez aiguisé. Depuis quelques mois, elle a fermé son restaurant Nononini et l’a transformé en boutique de vente de friperies. Dans ses sorties sur les réseaux sociaux, elle invite très souvent ses fans à y faire un tour.

C’est ce qu’elle a encore fait dans une récente publication où elle a invité ses fans à la retrouver dans sa boutique où ils pourront aussi entrer en possession de son nouvel album ainsi qu’une dédicace. Bien évidemment, elle les a conviés à venir payer des habits pour enfants.

Cette sortie d’Almok semble avoir déplu à un internaute qui a commenté que cette boutique n’est pas digne d’elle, une star. Il l’a invitée à ouvrir une boutique plus luxueuse pour cibler les grandes personnalités. Il n’en fallait pas plus pour mettre en rogne l’auteur du Tube « Nononini ». Elle a fait une vidéo pour clouer le bec de cet internaute.

“Ce n’est pas parce que mes articles sont à 1000 f, que je n’ai pas une belle boutique. Écoutez, si vous êtes complexés dans votre peau, arrêtez-moi ça. Je suis libre de vendre tout ce que je veux.

Ce n’est pas parce qu’on est star, qu’on ne chi*e pas. Vous n’avez pas vu Santrinos la dernière fois dans son stand, en train de vendre ses albums à la foire Togo 2000 ? Même le doyen Gohou Michel, c’est lui-même qui part vendre les tickets de son spectacle.

C’est quoi ces embêtements et ces idées stµpides ? Ma cible, ce sont ces personnes qui écoutent mes chansons à longueur de journée, qui ne peuvent pas aller payer des habits dans des prêts à porter, mais qui peuvent venir payer chez moi. C’est quoi ton problème ? Complexé va !”, s’est-elle exprimée.

Lire Aussi