Corruption, matchs truqués : L’avocat de Samuel Eto’o répond aux accusations de la CAF

2 lecture minimale

La Confédération africaine de football (CAF) a récemment convoqué Samuel Eto’o, président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), pour répondre à des allégations de matchs truqués. En réponse, l’avocat d’Eto’o, Antoine Vey, s’est présenté pour défendre son client.

Alors que la CAF attend son verdict, après avoir entendu Eto’o et son interlocuteur au téléphone, Valentin Nkwain, président de Victoria United, Vey a publié une première réaction. Eto’o et Nkwain sont tous deux impliqués dans une affaire potentielle de matches truqués, révélée par un enregistrement audio.

Dans une interview accordée au Guardian, Vey, un avocat français, a nié toute implication de l’ancien attaquant dans une affaire de favoritisme.

Antoine Vey défend Eto’o face aux allégations de matchs truqués

Il a déclaré : « M. Eto’o ne reconnaît pas avoir participé à une conversation où il était question de corruption. Si vous écoutez l’audio, il essaie de rassurer un président de club sur certaines questions ; il mentionne que le problème sera résolu, mais il ne laisse pas entendre que ce sera par des moyens illégaux. »

M. Vey, directeur du cabinet Vey et Associés, a également profité de l’occasion pour critiquer ce qu’il perçoit comme une conspiration contre son client, incluant apparemment la CAF, qui avait déjà été critiquée par M. Eto’o. Il a affirmé que l’enregistrement audio n’avait pas grand-chose à voir avec la procédure et faisait simplement partie d’une campagne visant à ternir la réputation d’Eto’o.

Toutefois, cette défense semble renforcer les soupçons sur la culpabilité de Samuel Eto’o. En effet, elle contredit la version précédente fournie par ses proches collaborateurs, qui affirmaient que l’enregistrement était faux. L’histoire continue de se dérouler.