Gabon : Le gouvernement réagit à la « grève de la faim » d’Ali Bongo

Le Gabon suspendu du Commonwealth Le Gabon suspendu du Commonwealth

Libreville, 16 mai 2024 (Lomé Actu)- Ali Bongo, l’ancien président du Gabon renversé par un coup d’État en août 2023, a entamé une grève de la faim avec deux de ses fils pour protester contre la « séquestration » et les « actes de torture » dont seraient victimes des membres de sa famille.

L’annonce a été faite par leurs avocats qui ont également déposé une plainte devant le tribunal judiciaire de Paris. Cependant, le gouvernement gabonais s’est dit « surpris » par cette annonce, affirmant qu’Ali Bongo est « traité avec dignité » et reçoit régulièrement la visite de sa famille et de ses médecins.

La présidence gabonaise a déclaré : « Nous sommes surpris d’apprendre, par voie de presse, que l’ancien président Ali Bongo Ondimba a décidé d’entamer une grève de la faim alors qu’il est traité avec dignité. Ses médecins traitants sont à sa disposition, sa mère et les autres membres de sa famille lui rendent visite régulièrement ».

Avant de poursuivre : « Il y a quelques jours, à sa résidence, l’anniversaire de Pascaline Bongo Ondimba, sa sœur aînée, a été célébré en présence de plusieurs membres de la famille. Ces informations permettent donc d’affirmer que les propos des avocats de la famille de M. Ali Bongo Ondimba ne reposent sur rien. Nous rappelons que l’ancien président peut quitter le territoire national à sa convenance ».

Et de conclure : « Le gouvernement de la République se réserve donc le droit d’ester en justice contre les auteurs de ces dénonciations calomnieuses et mensongères, portant atteinte à l’image du Gabon ».

Add a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *