Inondations à Lomé : Attentions à ces 5 maladies qui font rage

Inondations à Lomé : Attentions à ces 5 maladies qui font rage

Lomé Actu, 17 Juin 2024 – En cette saison des pluies, le Togo fait face à une situation difficile. De Bè à Dévégo en passant par Agoè , de nombreux foyers sont inondés, transformant les zones résidentielles en terrains propices à la propagation de maladies. La situation est particulièrement critique dans les zones proches des dépotoirs d’ordures, où l’insalubrité atteint des niveaux alarmants.

Les inondations créent un environnement idéal pour la prolifération de diverses maladies, notamment :

  1. Le Choléra : Cette infection bactérienne est transmise par l’eau contaminée. Elle provoque des diarrhées sévères et peut être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement. Le choléra a déjà tué plus d’une dizaine de personnes dans les pays voisins comme le Nigéria .
  2. La Typhoïde : Causée par la bactérie Salmonella typhi, la typhoïde se transmet également par l’eau et les aliments contaminés. Elle entraîne de la fièvre, des douleurs abdominales et une fatigue extrême.
  3. Les Infections Gastro-intestinales : L’eau stagnante et contaminée peut contenir divers agents pathogènes responsables de gastro-entérites, affectant particulièrement les enfants.
  4. Le Paludisme : Les inondations favorisent la multiplication des moustiques, vecteurs du paludisme, une maladie potentiellement mortelle si elle n’est pas soignée à temps.
  5. Les Infections Cutanées : Le contact prolongé avec l’eau sale peut provoquer des infections de la peau, qui peuvent s’aggraver en l’absence de soins appropriés.

Les enfants sont particulièrement vulnérables face à ces maladies. Leur système immunitaire encore en développement les rend plus susceptibles de contracter et de succomber à des infections graves. De plus, les inondations perturbent souvent l’accès à une eau potable et à des installations sanitaires adéquates, augmentant encore le risque de maladies.

Les témoignages des habitants des zones touchées mettent en lumière la gravité de la situation. Une résidente de Lomé, vivant près d’un dépotoir, raconte :

« Les eaux usées inondent nos maisons. Les enfants tombent souvent malades. Nous vivons dans la peur constante du choléra. »

Lire Aussi