moov portabilité moov portabilité moov portabilité
"La vérité n'est pas dite dans notre pays", l'Imam Mahmoud Dicko fait de troublantes révélations sur Assimi Goïta

« La vérité n’est pas dite dans notre pays », l’Imam Mahmoud Dicko fait de troublantes révélations sur Assimi Goïta

Bamako, 11 avril 2024 (Lomé Actu)- L’imam renommé du Mali, Mahmoud Dicko, a récemment exprimé de manière véhémente sa critique envers les dirigeants actuels de son pays en particulier vis-à-vis du régime d’Assimi Goïta. Une position d’opposition qu’il maintient depuis longtemps.

De retour au Mali après un séjour en Algérie, Mahmoud Dicko s’est adressé à la population malienne dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux. Il a dénoncé l’erreur qu’a constituée le soutien populaire aux putschistes dans les rues à la suite des sanctions de la CEDEAO, qu’il jugeait injustes et illégitimes.

Il a souligné comment cette mobilisation citoyenne a été exploitée pour justifier le coup d’État et maintenir les autorités de transition au pouvoir. Et ce, tout en mettant en lumière les divisions et l’impasse politique dangereuse dans laquelle se trouve actuellement le pays.

Mahmoud Dicko a déclaré : « Aujourd’hui, le pays est au bord du gouffre et aucune solution ou piste de solution ne se profile à l’horizon. Ils ont réussi à diviser les Maliens entre eux. Pendant ce temps, ceux qui sont au pouvoir sont en désaccord, un secret de polichinelle de nos jours.
Comment des personnes qui ne s’entendent pas peuvent-elles favoriser la cohésion et l’harmonie au sein d’un pays ? ».

Avant de poursuivre : « Ils ont rassemblé un certain nombre d’individus en fin de carrière, insatiables et aux intérêts variés. Ce sont des personnes qui ont divisé leurs propres communautés et n’ont pas réussi à les réconcilier. Et ce sont à eux qu’on confie la mission de réconcilier les Maliens ? Non, cela ne fonctionne pas ».

Mahmoud Dicko a également souligné le manque de transparence et de franchise dans le discours politique au Mali. Il a dénoncé le fait que ceux qui osent exprimer la vérité sont souvent lynchés.

« Nous sommes dans cette situation parce que la vérité n’est pas dite dans notre pays. Et celui qui ose déroger à cette règle est lynché. Je sais qu’après cette déclaration, je ne vais pas faire exception, et tout le monde ne parlera que de DICKO désormais, mais je l’assume ».

Malgré les potentielles répercussions de ses déclarations, l’imam Dicko maintient son engagement à dire les vérités difficiles et envisage un retour au Mali prochainement.

Lire Aussi