Les 7 pays de l'UEMOA où les prix immobiliers sont élévés : Le Togo reçoit la palme de bonne affaire

Les 7 pays de l’UEMOA où les prix immobiliers sont élevés : Le Togo reçoit la palme de bonne affaire

Lomé Actu, 06 juin 2024 – Si vous êtes à la recherche d’un logement dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), c’est au Bénin qu’il vous faudra ouvrir le plus grand nombre de portes de votre tirelire. Un récent rapport de Sika Finance révèle que ce petit pays francophone est en tête du palmarès des prix immobiliers les plus élevés de la région.

Le coût médian d’une nouvelle maison urbaine, même la plus modeste, construite par un promoteur privé au Bénin ? Il s’élève à 20 millions de francs CFA (environ 33 000 dollars), ce qui fait que toutes les autres nations de l’UEMOA se retrouvent dans le sillage de ces prix excessifs.

Qu’est-ce qui explique ce coup de massue sur le marché de l’immobilier ? Les experts pointent du doigt un cocktail enivrant de demandes de location en hausse vertigineuse dépassant une offre atone, de coûts de matériaux de construction prohibitifs et d’exigences péniblement strictes en matière de prêts hypothécaires, qui excluent la plupart des acheteurs béninois potentiels.

Les autres pays de l’UEMOA où l’acquisition du logement est élevée

Si les taux vertigineux du Bénin semblent intimidants, préparez-vous – le Mali (15,61 millions de fcfa/25 792 $) et la Côte d’Ivoire (12,58 millions de fcfa/19 960 $) ne sont pas loin derrière, respectivement en deuxième et troisième position sur le tableau de l’inflation des prix de l’immobilier dans l’UEMOA.

Les deux pays ont été témoins d’une ascension vertigineuse du marché de l’immobilier ces derniers temps, soutenue par une combinaison puissante de demandes chauffées et de vents contraires de la croissance économique. En effet, l’escalade au Mali a été alimentée par la destruction massive d’unités résidentielles et par des coûts de construction paralysants.

Plus loin, le Sénégal (12,08 millions de fcfa/25 800 $) et la Guinée-Bissau (10,29 millions de fcfa/16 999 $) offrent des perspectives de logements abordables relativement plus ensoleillées avant que le Niger (14 millions de fcfa/14 804 $) et le Burkina Faso (12,47 millions de fcfa/12 475 $) ne surenchérissent sur l’ensemble de la zone UEMOA.

La palme de la bonne affaire revient toutefois au Togo, où 7 millions de fcfa (environ 11 600 $) sont actuellement la norme pour acquérir une humble demeure. Cela en fait donc le marché immobilier le moins cher de la zone.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *