moov portabilité moov portabilité moov portabilité
A federal police officer takes off his bulletproof vest at the Federal Police headquarters in Rio de Janeiro, Brazil, on March 24, 2024. Brazilian police carried out an operation on March 24, 2024, to arrest the alleged "masterminds" of the 2018 murder of Rio de Janeiro councilwoman Marielle Franco, a crime that caused outrage in Brazil and abroad. (Photo by Daniel Ramalho / AFP)

Un Brésilien de 59 ans accusé d’avoir couché avec sa fille sur son lit d’hôpital

Lomé Actu, 13 Juin 2024– Un acte ignoble. Soupçonné d’avoir abusé sexuellement sa propre fille qui se trouvait dans une unité de soins intensifs (USI) d’un hôpital de la région de São Paulo, un père de famille a été arrêté par la police brésilienne, rapporte le site d’actualité g1.

Les faits remontent au mois de mai, lorsque cette adolescente de 17 ans a été agressée sexuellement par son père alors qu’elle se trouvait dans son lit d’hôpital, en soins intensifs, après avoir été victime d’un arrêt cardiorespiratoire.

Les équipes hospitalières ont commencé à avoir quelques soupçons suite à la réaction « anormale » de la jeune fille lorsque son père approchait, avec une fréquence cardiaque qui atteignait jusqu’à 190 battements par minute.

Constatant cette agitation, les médecins ont décidé d’installer une caméra pour enregistrer le comportement du père lorsqu’il rendait visite à sa fille en soins intensifs.

La mère de la fille défend son mari

La victime a également subi un examen médico-légal et les résultats de celui-ci ont confirmé que les blessures présentées par l’adolescent étaient compatibles avec la pratique d’« actes libidineux » récents.

La défense du père a nié « avec véhémence » l’accusation dans une note envoyée au journal « Profissão Repórter » . Selon l’avocat de l’accusé, les enregistrements présentés à l’enquête ne sont pas des preuves suffisantes et elle réclame donc que son client soit considéré comme innocent jusqu’à ce que le crime soit prouvé.

De son côté, la mère de la jeune femme et épouse de l’accusé affirme que son mari « n’a rien fait ». Selon elle, ces accusations « détruisent sa famille ».

Lire Aussi